Voir Tolkien comme un (véritable) écrivain

par | Fév 8, 2014 | L'encre & la plume | 0 commentaires

Depuis 2001 et la sortie du premier volet de l’adaptation cinématographique du Lord of the Rings par Peter Jackson, le grand public francophone a enfin découvert l’univers de Tolkien. Bien sûr le britannique était considéré comme un auteur classique dans la sphère littéraire anglo-saxonne depuis déjà de très nombreuses années, mais la patrie de Voltaire a toujours été réticente à considérer la littérature dite “de fantasy” comme une “véritable” littérature.

C’est cette injustice qui semble vouloir être réparée par le Magazine Littéraire dans cet ouvrage de la collection Nouveaux Regards.

Pour ceux qui ne connaîtraient de l’œuvre de Tolkien que les films tournés ces dernières années, le petit livre de 172 pages pourra peut-être donner envie d’en découvrir les écrits, les plus accessibles comme The Hobbit ou les plus abscons comme le Silmarillion.

Les courts articles se focalisent à chaque fois sur un aspect particulier de l’œuvre écrite de Tolkien, en se recoupant les uns les autres et en donnant une vue kaléidoscopique d’un travail si titanesque qu’il occupa la vie entière de son auteur.

Et finalement en traçant le portrait en filigrane de ce qui fait l’essence d’un travail de création.

On commence par s’intéresser à la genèse, aux rencontres, à ce qui dans la vie de Tolkien a pu faire naître cette écriture boulimique. On se rend compte très vite qu’il appartient à un courant littéraire qui aura comme autre grand représentant C.S. Lewis, son plus proche ami, auteur d’un autre cycle à succès, celui de Narnia, adapté lui aussi à l’écran. Un mouvement artistique avec un projet bien défini, des racines profondes dans la tradition européenne, celles du merveilleux, de la mythologie.

Puis on explore certains thèmes de l’œuvre.

C’est à mon avis la partie la plus excitante de ce regroupement d’articles.

La lecture fait naître quelques réflexions sur la possibilité de considérer la littérature de fantasy comme une littérature à part entière.

Loin des narrations déconstruites ou absentes que l’on nous propose dans les ouvrages dits “sérieux”, ou, sous prétexte de modernité, des écritures bâclées qui font peu de cas du style jusqu’à produire des ouvrages ressemblant à s’y méprendre à des scripts de série télévisée ou de séquences de film, la langue employée par Tolkien emprunte aux manières traditionnelles de conter.

On plonge alors dans un univers où l’histoire se déploie dans une narration construite, avec des personnages qui illustrent des problématiques universelles de façon renouvelée (l’amitié, l’abnégation, le courage, l’ambition), avec un style qui peut ne pas plaire (tant parfois il peut paraître lourd), mais qui existe.

C’est celui des sagas et les eddas nordiques, du roman courtois de chevalerie, de la geste, ou même du théâtre grec (Tolkien mêle la prose et les vers scandés ou chantés dans son récit).

Si le travail de création consiste à exprimer sous une forme inédite le mélange unique et constant des influences qui nous nourrissent en permanence, Tolkien peut être considéré comme un démiurge non seulement parce qu’il a donné naissance à de véritables langues, aussi complexes et réelles que les langues “naturelles”, mais aussi parce qu’il a réussi son projet de donner vie à un univers cohérent.

Plus encore, si l’on ne renie pas les origines antiques de la littérature, on peut le considérer comme l’héritier direct de plusieurs d’entre elles.

Pin It on Pinterest

Shares