Maîtriser la compilation dans Scrivener, les bases

par Juin 21, 2020L'encre & la plume, Les Pixe-Ailes du Phœnix4 commentaires

Je ne cesse de vous vanter les mérites de Scrivener, mais il est vrai que certains de ses aspects les plus intéressants peuvent paraître intimidants, voire rebutant pour nombre d’entre nous au premier abord. Sa structuration en scrivenings, par exemple. Sa gestion un peu étrange des styles.

Mais c’est sa caractéristique la plus emblématique qui me semble être la plus problématique quand on rencontre ce logiciel pour la première fois. La compilation.

Alors pour ceux qui ont envie de mieux comprendre et surtout de maîtriser cette fonction essentielle de Scrivener, et pour accompagner l’utilisation des quelques formats de compilation que j’ai déjà partagés avec vous, je me suis dit qu’il était temps de plonger dans un petit tutoriel. Vous allez voir, tout est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît.

La Compilation, quèsaco ?

Ce n’est peut-être pas un hasard si beaucoup d’entre nous ont été pris d’une appréhension en découvrant que Scrivener utilisait le mot de compilation pour désigner l’exportation d’un texte.

Car ce mot est d’ordinaire utilisé dans un vocabulaire qui est très éloigné de l’écriture, même si l’on s’y sert du clavier aussi : la programmation informatique.

Dans ce domaine du codage, la compilation est l’opération qui permet d’obtenir un code binaire (donc une suite de 0 et de 1) à faire comprendre à la machine que vous allez programmer, et ce à partir d’une suite d’instructions écrites dans un langage plus «naturel» (naturel pour des programmeurs, hein, pas pour vous ou moi). Ainsi, à partir d’instructions écrites en anglais telles que la boucle conditionnelle if... then... else... l’opération de compilation va sortir une suite de nombreux 0 et 1 qui sera interprétable par le processeur de votre machine.

Si le processus est le même dans Scrivener, il ne vous sera pas nécessaire d’apprendre un langage informatique pour vous y retrouver, mais par contre il sera sans doute bon que, comme un codeur, vous appreniez à penser à la structure de votre texte en amont de votre écriture.

Car dans Scrivener, il s’agit par analogie avec le codage informatique d’obtenir plusieurs formes possibles à partir d’un même texte brut. En gros, vous écrivez dans Scrivener, et la compilation vous permet de programmer des mises en page différentes en fonction de vos besoins, simplement en choisissant le format désiré. Le tout sans avoir besoin de passer un temps fou à souligner les titres et à changer la police de caractère de votre corps de texte à chaque fois.

Vous pouvez ainsi choisir un format de compilation qui mettra en page votre texte avec une marge intérieure de 6 cm avec pages à droite et à gauche, une fonte Garamond pour le corps, taille 12, et une fonte Gotham en Black taille 24 pour vos titres de chapitre lorsque vous voudrez exporter votre texte en PDF pour le donner à vos correcteurs (c’est mon cas), mais par contre avec d’autres valeurs de marges, d’autres fontes et d’autres tailles de fonte pour l’envoyer à votre éditeur. Le tout à partir d’un même texte.

Le principe est simple, là aussi hérité du codage informatique, mais dans le domaine de l’internet : on sépare le fond (votre texte) de sa forme (la mise en page). Ainsi, vous pouvez changer à volonté la forme sans toucher au fond. C’est un principe que nous avons déjà abordé lorsque nous avons parlé de la fabrication d’un livre électronique au format EPUB.

C’est particulièrement utile pour une œuvre littéraire, je trouve, quand vous allez devoir reprendre toute la forme du texte en fonction de vos usages. Pour mes corrections, j’aime avoir une marge large pour mettre mes annotations, mais votre éditeur, lui, aura sans doute d’autres exigences de mise en page. Mieux, si vous écrivez des scénarios de cinéma ou de télévision ou des pièces de théâtre, peut-être que vous préférerez écrire dans votre propre fonte avec vos propres réglages (ceux de Scrivener) et devrez ensuite y appliquer la mise en forme classique recommandée, c’est-à-dire une fonte type «machine à écrire» comme Courrier et des indentations à chaque changement de personnage dans un dialogue.

Loin d’être une contrainte, la compilation est donc une chance : elle vous fait gagner du temps. Si et seulement si vous comprenez véritablement comment elle fonctionne. Parce que sinon, cela risque de vous en faire perdre beaucoup.

Étant donné que le manuel du Scrivener n’existe qu’en anglais et qu’il est peu didactique, mais aussi que les tutoriaux sur le site de l’éditeur (en anglais eux aussi) ne sont pas des plus clairs sur la façon de s’en servir au mieux, j’ai eu envie de vous faire profiter de la façon dont j’ai apprivoisé la bête.

La structure du texte

Le plus important pour saisir le fonctionnement de la compilation dans Scrivener c’est de comprendre la philosophie qui se cache derrière. Et elle tient en un mot : structurez.

Car votre texte n’est pas seulement composé de lettres qui forment des mots. Tout texte est structuré de multiples façons.

Les mots forment des phrases, qui s’agencent en paragraphes, qui vont former des sections, qui vont donner des chapitres. Les chapitres vont être regroupés en parties qui vont former un livre. Qui sera peut-être l’un des tomes d’une série. C’est la structure de la forme d’un roman. Mais vous pouvez aussi décider d’une autre structure, comme celle des pièces de théâtre : des répliques structurées en scènes structurées en actes. Ou au cinéma et à la télévision : un plan (comprenant des répliques différentes et des mouvements de caméra par exemple) fera partie d’une séquence qui composera le film ou l’épisode, dont chacun sera une saison.

La compilation dans Scrivener va se servir de votre structure pour la mettre en forme suivant vos instructions. Chaque chapitre commencera sur une nouvelle page, avec le mot «chapitre» et un numéro, par exemple.

C’est pour cela qu’un format de compilation doit être pensé en fonction de la structure que vous donnez à l’Ébauche (en anglais le logiciel appelle cela le Draft, le brouillon) de votre texte brut.

Il est donc nécessaire que vous pensiez cette structure à l’avance, en fonction de votre projet.

Voici les structures comparées de deux de mes projets : un article de blog et un roman. Vous pouvez constater que ce n’est pas la même chose du tout. Et la compilation de ces deux projets ne pourra pas se faire de la même façon. Sauf. Sauf si on avait structuré de façon superposable.

Le premier pas à faire est donc de construire dans votre Ébauche une structure type. En s’intéressant aux structures de mes articles de blog et de mes romans, vous pouvez comparer et constater que les deux structures utilisent des dossiers, des fichiers seuls et des fichiers imbriqués.

Vous pouvez très bien décider de faire ce travail de structuration de votre texte une fois qu’il est totalement écrit, ou en cours d’écriture. Vous pouvez même le changer au milieu de votre projet si vous en avez envie. Mais je trouve personnellement qu’il est plus pratique et plus intéressant de la faire avant de commencer à écrire. Car, pour ma part, cela m’aide à dégrossir un peu la forme que va prendre le projet.

Comment procède-t-on ?

Je vous recommande de commencer par le haut, le plus grand ensemble, et de descendre petit à petit dans le détail. Tome avant Partie, avant Chapitre, avant Scène avant Plan. Ou Article avant Section, avant Sous-section. Il est important de structurer jusqu’à atteindre la brique fondamentale de votre texte : pour mes textes littéraires, ce sont les plans («cinématographiques») qui correspondent à des actions importantes, pour mes articles de blog, ce sont les sous-sections qui correspondent à une idée ou une notion. Essayez de subdiviser jusqu’à ce que vous vous disiez que c’est inutile (certains pourront peut-être subdiviser jusqu’au paragraphe, d’autres pas). Quand vous atteignez ce moment, vous savez que vous avez votre brique d’écriture fondamentale (ce que dans un autre article j’ai appelé ma brique narrative fondamentale, mon plan «cinématographique»).

Cette unité fondamentale sera forcément un fichier (un texte, dit Scrivener). Pour tout ce qui est situé au-dessus dans l’arbre de votre structure, par contre, vous allez devoir choisir entre texte et dossier. Quelle est la différence ? Il n’y en a pas vraiment car les deux entités sont capables d’agir comme des «contenants» d’autres entités textes, et les deux entités sont capables de contenir de l’écrit. Disons que c’est à mon sens purement psychologique. C’est ainsi que j’ai considéré que les Scènes étaient chez moi des textes et les Chapitres comme les Parties des dossiers. Pourquoi ? Parce que ça m’a paru plus logique pour moi. Mais au fond, il n’y a aucune obligation, et j’aurais très bien pu décider que mes Chapitres étaient des textes.

La seule véritable différence va se voir plus tard, quand on déterminera la mise en page suivant la structure.

Une fois que vous avez décidé du squelette de votre projet, vous pouvez vous rendre dans Projet > Paramètres du Projet...

Exercice de structure du texte

À titre de petit exercice, je vous propose de reconstituer le cœur du format de compilation d’épreuve pour correction que vous pouvez télécharger plus bas.

Commencez par créer deux dossiers que vous allez nommer Introduction et Développement.

Dans chacun de ces dossiers, créez deux fichiers que vous allez nommer Scène d’introduction 1, Scène d’introduction 2, Scène de développement 1 et Scène de développement 2. Dans chaque scène, collez du lorem ipsum ou un autre texte de remplissage. Cela nous aidera à visualiser le résultat de votre compilation.

Types de section

Cette première fenêtre qui s’ouvre permet de déterminer les différents rôles que vont jouer les sections de votre structure dans votre mise en page.

Par exemple, mes plans cinématographiques, briques narratives constitutives des scènes, sont des moments dans la scène où une action précise se déroule. Je peux vouloir distinguer deux possibilités. D’un côté des plans qui seront intégrés dans la suite des actions d’une scène, dans une continuité narrative (un plan sur mon héros qui donne un coup d’épée sur les écailles du dragon en face de lui, et ensuite un autre plan où l’épée lui tombe des mains car elle a été brisée par la résistance incroyable de l’armure du monstre) et d’autres qui vont rompre la continuité narrative dans la scène pour introduire la vision d’un autre personnage, ou bien une analepse (un flashback). Simplement parce que j’ai envie que le lecteur puisse distinguer les deux visions de la scène (exemple, le premier plan vu par le dragon, le deuxième par le héros) par un formatage spécial de mon texte (un Style) ou une transition particulière entre les deux plans (par exemple un caractère spécial, comme la suite de trois astérisques *** qui est classiquement utilisée pour signifier un changement de temps, de lieu ou de perspective).

Dans un texte non fictionnel, certaines sous-sections pourront être des encadrés et d’autres de simples subdivisions d’un raisonnement.

Il s’agit donc de réfléchir à tous les types de rôles que va pouvoir jouer chaque section du texte. Voici mes types de sections pour mes romans et ceux pour mes articles.

Exercice types de sections

Pour recréer notre format de compilation, créez deux rôles : Chapitre et Scène.

Dossiers et fichiers

C’est en pensant aux types de sections que vous allez devoir déterminer si chaque section est importante par son texte, par son titre, ou par les deux. Typiquement, un dossier est juste là pour contenir d’autres fichiers et seul son titre est important. Mais on pourrait imaginer qu’un dossier formant un titre de chapitre puisse aussi contenir parfois du texte, sous la forme d’une citation inscrite en début de chapitre juste après le titre.

La vraie question pour déterminer si l’on a affaire à un dossier ou à un fichier c’est : la section contiendra-t-elle majoritairement le corps du texte ? Ou simplement un titre ?

Niveaux de structure

Dans l’onglet de droite de cette même fenêtre, vous allez trouver le titre Default Types by Structure.

Il s’agit de faire coïncider les deux listes précédentes : la structure de votre texte et les rôles de chaque section. Cela donnera à Scrivener une idée des rôles par défauts de chaque section en fonction de sa place dans la structure de votre texte.

Construction du format de compilation

Une fois que vous avez trouvé la structure de votre texte et que vous savez quel type de texte doit contenir chaque scrivening, il ne vous reste plus qu’à écrire.

Puis quand votre travail d’écriture est terminé, vient la partie la plus délicate mais aussi la plus intéressante : déterminer la mise en page.

La compilation visant à sortir un texte mis en forme, il faut donc se pencher sur la mise en forme que vous voulez pour un objectif donné, comme on l’a vu plus haut. Tout le travail qui vient maintenant peut d’abord se faire sur un morceau de papier, pour que vous puissiez décider de la matérialité de ce que vous allez décider. Ensuite, vous pouvez entrer dans le processus de la construction du format de compilation lui-même en sélectionnant dans Scrivener Fichier > Compiler... puis dans la fenêtre qui s’ouvre, soit vous choisissez un format déjà présent et voulez le modifier (si ce n’est pas un format d’origine) en cliquant droit Modifier le format... soit vous sélectionnez Dupliquer et modifier le format... pour en créer un nouveau à partir d’une base.

Vous pouvez aussi partir de zéro et cliquer sur le + en bas à gauche.

Dans tous les cas, bienvenue dans l’atelier du ciseleur de format…

La page

Tout texte depuis l’invention du livre sous forme de feuillets et non plus de rouleaux est présenté en tenant compte des contraintes physiques de la taille et de la forme du papier qui détermine une limite à la disposition. C’est pour cela que, paradoxalement, je pense qu’il est plus intéressant de commencer par le dernier item de la fenêtre de construction de format de compilation, les paramètres de page.

Ce sera indispensable pour les formats physiques (impression directe ou PDF) ou les fichiers de texte habituels (un fichier Word ou RTF), mais sans doute inutile pour les sorties purement numériques comme une page internet ou un livre EPUB.

Il se peut aussi que votre objectif soit simplement de sortir le texte brut sans tenir compte du format des pages parce que vous allez ensuite utiliser un logiciel spécialisé pour cela (c’est mon cas lors de la publication d’un texte définitif après toutes les corrections effectuées). Dans ce cas vous pouvez passer à la prochaine étape.

Si ce n’est pas le cas, demandez-vous donc ce que vous souhaitez pour la taille de la page (A4, A5, autre chose ?), des marges. Est-ce que vous allez opter pour une présentation en livret avec une reliure ou simplement des pages identiques sans distinction gauche/droite ? Vous pouvez aussi déterminer des entêtes et des pieds de page.

Les sections

C’est le cœur de votre format de compilation.

Vous allez y construire des gabarits de mise en page qui vont ensuite vous servir à habiller chaque scrivening en fonction de deux critères : son rôle dans le texte (plan sans rupture narrative, plan avec rupture narrative, scène…) et le la variation de forme que vous voulez lui donner.

Pour illustrer mon propos, nous pourrions construire trois gabarits différents.

Un premier sera appelé «Chapitre numéroté et avec titre». Il s’assurera que chaque scrivening dont le rôle sera Chapitre réponde à la forme suivante : le mot «Chapitre» suivi d’un numéro qui sera écrit en chiffres arabes, et à la ligne le titre du chapitre qui sera égal au titre du scrivening. C’est la forme dont je me sers pour Fæe du Logis.

Le deuxième sera «Chapitre numéroté romain sans titre». Au contraire du premier, chaque scrivening dont le rôle sera Chapitre prendra la forme suivante : le mot «Chapitre» suivi d’un numéro inscrit en chiffres romains, un saut de ligne et pas de titre. C’est la forme que j’ai adoptée pour Le Choix des Anges.

Quant au troisième, ce sera «Scène». Il contiendra le texte de chaque scène, sans titre particulier.

Chapitre numéroté avec titre

Dans l’onglet Mise en page des sections, cliquez sur le + en haut à droite.

Vous pouvez renommer le gabarit créé en «Chapitre numéroté avec titre».

En gardant ce gabarit sélectionné, vous cochez la case Title, et laissez décochées les autres cases (Metadata, Synopsis, Notes, Text). Cela indique à Scrivener que ce gabarit placera seulement le titre du scrivening en sortie. Comme il s’agit d’un dossier dans la structure que nous avons adoptée, et qu’il n’est pas prévu qu’il y ait du texte dans ce scrivening, cela nous servira simplement à placer le titre à chaque début de chapitre, et le texte du chapitre débutera à partir de celui qui sera dans la première Scène (donc le premier scrivening avec un rôle de Scène) qui sera placée dans l’arborescence de ce dossier.

Dès que vous avez coché la case, vous pouvez voir que Scrivener place en bas Titre de Section dans un espace de mise en page appelé Formatting. Vous pouvez cliquer dessus et modifier la mise en forme. Sélectionnez Titre de Section et mettez-le en gras, par exemple. C’est donc là que vous allez déterminer à quoi chaque titre de chapitre va ressembler.

En cliquant sur Title options, vous trouvez deux cases : Title prefix et Title suffix. Elles vont déterminer ce qui va automatiquement être inséré avant le titre du chapitre et après. Dans notre cas, nous aimerions un préfixe qui sera «Chapitre» puis une espace (vous verrez alors un petit point bleu matérialisant l’espace) suivie d’un chiffre arabe. Nous allons utiliser ce que Scrivener appelle un placeholder, un code générique. Il prend la forme d’un petit n précédé s’un $ et encadré entre < et >. Il fera en sorte d’insérer un chiffre arabe qui sera automatiquement généré avec le bon ordre. Si vous désirez obtenir la liste de tous les placeholders dans Scrivener faites Aide > Liste de tous les caractères génériques...

Puis, comme nous voulons que le titre du chapitre soit placé sur une ligne en bas du mot et du numéro de chapitre, nous devons faire un saut à la ligne, matérialisé par le caractère spécial adéquat : ¶.

Lorsque cela est fait, si vous revenez sur l’onglet Formatting, vous verrez que Scrivener a fait exactement ce que vous lui avez demandé…

Pour l’instant, nous ne nous intéresserons pas aux autres onglets.

Chapitre numéroté romain sans titre

De la même façon, cliquez sur le + en haut à droite.

Vous verrez que Scrivener crée automatiquement une copie du précédent, que vous pouvez renommer «Chapitre numéroté romain sans titre».

Comme vous ne voulez pas que Scrivener mette le titre du chapitre, vous pouvez décocher la case Title. Aucune des cases Title, Metadata, Synopsis, Notes, Text ne sera cochée. Et vous pouvez voir le résultat juste en bas dans l’onglet Formatting.

Mais comme nous voulons des chiffres romains, nous allons remplacer le placeholder par un grand R précédé du $ et encadré toujours par < et >.

Scène

Même chose pour le texte des Scènes.

Cliquez sur le + en haut à droite.

Scrivener copie automatiquement une copie du précédent gabarit, que vous pouvez renommer en «Scène».

Cette fois-ci, cochez la case Text. Vous pouvez mettre en forme le texte sa fonte, sa taille, etc.

Puis dans l’onglet Title options, vous effacez ce que vous avez mis dans la case prefix. Ainsi, vous obtenez simplement le texte de la scène, sans insertion du titre du scrivening.

Lorsque vous compilerez votre texte, il ressemblera à cela :

Les transitions

C’est déjà bien, c’est vrai. Mais ce n’est pas encore tout à fait ce que nous voulons.

Car comme je vous le disais plus haut, un livre est organisé en fonction de la place que laisse une page pour disposer le texte. Au fil des siècles, les imprimeurs puis les typographes et les éditeurs ont cherché les façons les plus harmonieuses, agréables et pratiques d’organiser le texte en fonction des pages et des conventions sont apparues, qui nous semblent si naturelles de nos jours que nous ne les remarquons même plus, mais qui existent bel et bien.

La plus élémentaire est que dans un roman, les chapitres commencent toujours sur une nouvelle page, et la plupart du temps sur une page de droite. C’est aussi souvent le cas des sections importantes et des chapitres dans les œuvres de non-fiction comme les essais. Deuxième convention, plus ou moins respectée, lorsque dans un chapitre on change de scène de façon marquante (changement de lieu, de temps, par exemple), cela se marque dans le texte par une ligne vide ou un signe typographique (les fameux trois astérisques *** ou l’astérisme qui reprend ces trois astérisques en les disposant en triangle).

C’est dans les Séparateurs que vous allez pouvoir programmer cela.

En cliquant sur cette section, vous allez voir qu’il y a deux possibilités de réglages : les réglages suivant les types de sections (donc les rôles, Section layout) et ceux suivant la distinction simple entre fichiers texte et dossiers. Il me semble plus fin et plus puissant de rester sur la première option, qui est présentée plus bas.

L’ordre de compilation

L’un des principes fondamentaux de la compilation dans Scrivener, c’est l’ordre dans lequel le logiciel va traiter vos scrivenings. Imaginez un petit lutin facétieux mais rigoureux qui va prendre la liste de vos scrivenings et va commencer… par le début, bien entendu, puis prendre le deuxième, puis le troisième, etc. Et à chacun il va regarder les paramètres de transition et les appliquer, puis passer au scrivening suivant sans prêter attention à sa place dans la hiérarchie de l’arborescence.

Un schéma valant mieux qu’un long discours, voici ce qui se passe (à droite) et ce qui ne se passe pas mais qu’on aurait pu imaginer (à gauche).

Retenez bien ce schéma, il aide à comprendre la suite, et souvent les erreurs que l’on peut commettre en programmant un nouveau format sont dues à ce qu’on a oublié cet ordre de priorité. Il vous permettra donc de savoir où vous avez commis une erreur.

Les types de transition

Scrivener propose quatre possibilités de marquer une transition entre deux scrivenings.

  • Single return, ou simple retour à la ligne, aura pour effet de rendre la transition invisible. Deux morceaux de texte séparés de cette manière donneront l’impression de n’être qu’un seul et même texte. C’est utile quand vous découpez votre texte en petits morceaux pour le rédiger mais que tous ces petits morceaux sont censés être une seule et même scène. Les plans sans rupture narrative sont typiquement séparés comme cela : ils n’ont pas d’existence marquée pour le lecteur alors qu’ils ont eu une vie séparée pour l’auteur lorsqu’il a écrit son livre.
  • Empty line créera une ligne vide comme séparation. C’est utile quand on veut marquer une séparation entre deux scènes.
  • Saut de page est plus radical, et cela sera le choix royal lorsque l’on changera de chapitre.
  • Custom, ou personnalisé, vous propose de choisir un ou plusieurs caractères à insérer sur une ligne pour marquer la séparation. C’est l’endroit où vous pouvez mettre votre astérisme ou vos trois astérisques.

Le choix de l’endroit : stratégie et logique

Le plus compliqué reste de savoir où faire la séparation car il existe trois possibilités : avant la section, après la section (c’est un peu spécial on le verra), ou entre deux sections de même nature. Sur un seul niveau (s’il n’y avait que des fichiers/dossiers de chapitres avec titre et texte des scènes) ce serait assez facile, et les trois possibilités seraient équivalentes.

Mais nous sommes ici sur (au moins) deux niveaux d’arborescence : des dossiers-titres de chapitre contenant des fichiers-scènes.

Si nous déterminons que le saut de page entre deux chapitres se fera à la fin de la section dossier-titre de chapitre, nous allons obtenir un saut de page non pas entre la fin du chapitre précédent et le titre du chapitre suivant, mais entre le titre du chapitre suivant et le début du texte dans ce chapitre… C’est sans doute mieux illustré avec un petit schéma.

Il est donc plus intelligent de placer le saut de page avant la section dossier-titre de chapitre.

Ainsi tous les chapitres vont débuter sur une nouvelle page, par le titre, puis le texte.

La séparation entre deux dossiers-titre de chapitre (donc sections de même nature) n’est pas importante car il est très peu probable que vous ayez dans votre structure de texte un titre de chapitre sans fichier-scène avant le prochain dossier-titre de chapitre.

Car il faut se souvenir que la compilation va parcourir votre arborescence dans l’ordre, soit : premier dossier, premier fichier, deuxième fichier, puis deuxième dossier, troisième fichier, quatrième fichier. Vous n’aurez donc jamais l’ordre : premier dossier, deuxième dossier. Cela équivaudrait à un titre de chapitre sans texte puis un deuxième titre de chapitre avec du texte.

Exercice transition

Sélectionnez le type de section que nous avons appelé Chapitre.

Commencez par décocher Use default separators qui vous forcerait à utiliser les séparateurs suivant dossier/texte.

Dans Separator before sections, sélectionnez Saut de page.

Aller ensuite dans le type de section que nous avons nommé Scène.

Vérifier que les options Separator before sections et Separator between sections soient bien réglées sur Single return, donc un simple retour à la ligne.

Compilez. Regardez ce que vous obtenez.

L’override après section

Jusqu’ici nous avons utilisé les transitions avant la section et entre les sections de même nature. Mais il existe une troisième option, plus délicate à manier (et je dirais même qu’elle est un peu vicieuse car on a tendance à vouloir l’utiliser alors qu’elle n’est intéressante que dans des circonstances bien précises). C’est la transition forcée après la section, ou Override separator after, comme elle est appelée dans le logiciel (oui, beaucoup de termes n’ont pas été traduits en français par l’éditeur de Scrivener).

Pour bien comprendre son principe, il faut se souvenir que ce n’est pas une «transition après», mais bien une «transition forcée après». Cela veut dire que si vous cochez cette option pour une section, la transition que vous allez ensuite déterminer (single return, empty line, saut de page ou custom) sera imposée à la place de la transition placée avant la section suivante, même si la section suivante avait une autre séparation normalement prévue à cet endroit. Dans le doute, c’est toujours cette transition forcée après la section actuelle qui prendra le pas sur une éventuelle transition prévue avant la section suivante.

Et je vais vous montrer pourquoi je vous mets en garde contre son usage immodéré.

Si votre structure ne contient que deux niveaux, par exemple des dossiers-titres de chapitre et des fichiers-textes de scènes, vous voudrez qu’à chaque chapitre, on commence par une nouvelle page, avec le titre du chapitre, puis son texte.

Pour obtenir cela, vous pouvez soit utiliser la méthode de l’exercice précédent, soit décider qu’après chaque dernière scène du chapitre, il y ait une transition forcée de saut de page. Et si vous cochez cette option pour la mise en page des scènes, vous allez obtenir une transition forcée comme prévu à la fin de la dernière scène.

Mais.

Mais si votre structure contient plus de deux niveaux, comme des dossiers-titres de chapitre, des fichiers-textes de scènes et plus bas encore des fichiers-textes de divisions de scène pour affiner un peu la construction et faciliter l’écriture de votre œuvre, là, tout s’écroule.

Parce que si vous avez utilisé l’option de l’Override after, comme la compilation prend scrivening après scrivening quelle que soit sa place dans l’arborescence mais dans l’ordre chronologique, si votre dernière scène de chapitre est composée de deux divisions de scène, vous allez obtenir une sortie texte où un saut de page sera inséré juste entre le dernier fichier-texte de chapitre et le premier fichier-texte division de scène.

Résultat : votre scène sera visuellement coupée avec un saut de page au beau milieu… et de plus, comme votre chapitre suivant ne sera pas prévu avec un dossier-titre de chapitre ayant un séparateur de saut de page avant, votre chapitre suivant va commencer juste sous la fin de votre chapitre actuel…

Votre mise en page sera complètement ratée…

La transition forcée après la section (ou override) n’est donc à utiliser que dans le cas où vous voulez que systématiquement, après une section déterminée, n’importe quelle autre section soit séparée par une seule et même transition.

Les règles de bonne utilisation et le petit schéma récapitulatif

On peut déduire de tout cela quelques règles de conduite à adopter quand on compile un texte dans Scrivener ou qu’on veut créer son propre format de compilation.

  1. Il faut savoir quelle structure on choisit, en partant de la plus grande division et en fractionnant jusqu’à la plus petite brique de texte que l’on va utiliser comme scrivening.
  2. Il faut déterminer quels sont les rôles et donc les gabarits de mise en page dont on va avoir besoin (chapitres avec titres ou sans titre, scènes, flashbacks, plans, etc.)
  3. La compilation suit un ordre systématiquement chronologique sans s’encombrer de l’arborescence.
  4. Il vaut mieux toujours prévoir la séparation dans les gabarits de mise en page comme une séparation avant la section actuelle et très rarement forcer une transition après.

Je vous récapitule le processus que nous venons de voir sur un schéma que j’espère clair et concis.

Le bonus : format de compilation à télécharger

Pour que la fête soit plus folle, voici le format de compilation dont je me sers pour mes épreuves de correction. Il est prévu pour le template de roman version 3 que je vous glisse également. Je suis sûr que vous en ferez bon usage.

Conclusion

Même si la compilation ne permettra jamais d’atteindre une mise en page complexe (pour cela, il vous faudra apprendre à vous servir d’un véritable logiciel de mise en page et un peu de temps de pratique avec), elle peut déjà rendre bien des services pour sortir un manuscrit assez rapidement et avec un très bon résultat pour peu qu’on ait compris quelques points de base. Surtout, il est indispensable de démystifier cette étape du logiciel pour en tirer le meilleur.

Et d’ailleurs, si ce type d’article vous intéresse, n’hésitez pas à me le faire savoir, il se pourrait que je vous réserve d’autres astuces pour mieux maîtriser encore le processus et l’utilisation de Scrivener.

Dans la mémoire du Serpent à Plumes

Rechercher
Filtrer par
Titres
Contenu
Type de Contenu
Tout sélectionner
Articles
Pages
Projets
Téléchargements
Filtre par Catégorie
Tout sélectionner
Chimères Animées
Chimères Partagées
Devine qui vient écrire
L'encre & la plume
Le Serpent à Plumes
Le Serpent d'Hippocrate
Les Feux de la Rampe
Les Pixe-Ailes du Phœnix
Musique des Sphères
Vers l'Infini et Au-delà
Filtre par Catégories De Projets
Tout sélectionner
Écrits
Films
Jeu de Rôle
4
0
Un avis, une réaction ? Commentez !x
()
x