RSS, sur l’écume des flux & reflux des océans numériques

par Août 13, 2019Les Pixe-Ailes du Phœnix, Vers l'Infini et Au-delà0 commentaires

Introduction : trois cercles pour les gouverner tous

Lorsque j’étais jeune et insouciant, je faisais partie d’une bande de passionnés des univers imaginaires qui avaient entre autres pondu un fanzine nommé V.I.T.R.I.O.L.

À ceux d’entre vous qui pourraient s’intéresser à l’alchimie, l’acronyme parlera peut-être.

Qu’il suffise de dire aux autres que le projet avait une certaine philosophie, et que sa dernière page était toujours celle qui annonçait le retour cyclique du numéro d’après. Cette page était intitulée Théorie sur l’éternel recommencement.

Car le temps, soyez-en sûrs et certains, n’est point linéaire. Il est bien cyclique. Du moins pour moi. Je vous l’ai déjà démontré.

Et si vous pensiez que la technologie échappait comme par miracle à cet axiome premier du monde, vous vous trompiez lourdement. La soi-disant courbe du progrès n’est qu’un leurre que l’on brandit devant les néophytes pour leur faire accroire que le monde est simple.

En vérité, la technologie aussi est soumise à des cycles.

L’un de ces cycles est en train de s’achever, avec la mort annoncée (par moi, c’est sûr, par d’autres, je ne sais) des réseaux commerciaux dits «sociaux» et de leur hégémonie sur la Toile. Un autre cycle est en train de naître, en réaction à ces outils dévoyés dès le départ, avec la renaissance de vieilles techniques du tout début des internets, comme en témoigne la résurgence des vieux courants des flux RSS.

L’éternel recommencement, c’est le jour qui vainc la nuit, ou la lune qui remplace le soleil dans le ciel.

C’est aussi la renaissance de techniques plus respectueuses des utilisateurs, qui leur rendent leur pouvoir d’action et leur demandent une action consciente et réfléchie, après la décadence d’autres outils qui ont tenté de les aliéner et de les rendre prisonniers, passifs, décérébrés.

Pour lire ce qu’il me plaît sur la Toile, il me fallait des cartes et des boussoles. L’océan des données numériques est vaste, immense, presque infini, et tel l’Univers en expansion, de plus en plus infini. Comment donc s’y retrouver si l’on décide d’abandonner le GPS stéréotypé des réseaux commerciaux ?

Une fois une île ou un continent découverts, comment savoir y retourner à coup sûr, comment savoir y dénicher encore des secrets au fil du temps ?

J’ai organisé trois cercles concentriques autour de moi, comme les Anneaux Elfiques forgés au Second Âge. À la manière dont le défunt réseau Google+ avait pensé sa structure. L’idée était très organique, inspirée de la vie réelle.

Le premier cercle est composé des lettres d’informations auxquelles je me suis abonné. Pour l’instant il y en a peu, car elles demandent une correspondance. J’y puis potentiellement répondre, m’engager dans un dialogue, un vrai dialogue. Et le temps a beau être cyclique, il est fini, donc limité. Les lettres auxquelles je suis abonné sont donc peu nombreuses, une quinzaine, tout au plus. C’est un peu le cercle de mes intimes.

Le deuxième cercle, lui est celui de mes découvertes importantes, des choses que je veux continuer à suivre, des îles et des terres où je veux pouvoir retourner régulièrement, des routes que j’emprunte souvent. C’est le cercle des copains, des relations suivies. J’utilise les flux RSS pour cela.

Le troisième cercle, enfin, est celui des références uniques, des textes à retenir, mais pas forcément des endroits où j’ai envie de revenir souvent. C’est le cercle des vagues connaissances, des contacts lointains. Pour le moment, faute de mieux, je me sers des Marque-pages de mon navigateur internet, les fameux bookmarks.

Ces trois cercles sont complémentaires. Le premier et le troisième sont faciles à mettre en place comme aisés à comprendre.

Le deuxième, par contre, mérite plus d’explications pour en saisir toute la puissance. Car, finalement, c’est un véritable instrument de navigation, autant une carte qu’une boussole, un sextant, et même une longue-vue.

Alors si le voyage vous en dit, embarquons sur les flots du HMS-RSS d’écaille & de plume.

RSS, quèsaco ?

Alors, pour commencer, évacuons tout de suite ce que n’est pas le RSS.

Oubliez donc les initiales d’un service secret ophidien, le Reverend Serpent Service, au sein duquel un James Bond virtuel officierait pour espionner les autres sites. Ne pensez pas non plus au Reptile Sifflant et Sournois, ni au Réseau des Serviteurs de Satan, ce qui serait très inquiétant.

Plus sérieusement, donc, RSS est bien un acronyme, celui de Really Simple Syndication, ou, en bon français et selon ma propre traduction personnelle «Diffusion Réellement Simple», le mot syndication n’ayant pas vraiment d’équivalent dans la langue de Molière.

Son principe est en effet d’une simplicité désarmante.

Il s’agit d’un petit fichier dans lequel sont codés de façon standardisée (en XML pour les plus geeks d’entre vous) les x derniers articles d’un blog ou d’un site, et qui se met à jour automatiquement à chaque nouvelle publication. Vous pouvez demander à un logiciel particulier, un lecteur de flux RSS, de vous abonner à ce fichier, et donc d’en scruter le contenu régulièrement (toutes les minutes pour un fil d’information comme Le Monde, par exemple, ou tous les jours pour un site qui publie plus rarement, comme d’écaille & de plume). Dès qu’un changement y est détecté (donc qu’un nouvel article vient d’être publié), le lecteur décode le contenu de la nouveauté et vous le présente sous une forme agréable : texte, images, etc., et ce de façon automatique. Vous serez donc certain de ne manquer aucun article et de le recevoir instantanément (ou presque, à la fréquence de relève des modifications près). Dès que vous ouvrez votre lecteur RSS, un nombre donné de nouveaux articles vous attend. Vous pourrez les consulter depuis le lecteur de flux (sans passer par le site lui-même, donc) ou dans votre navigateur internet habituel (en allant directement sur la page internet de l’article).

La différence avec un réseau commercial ?

Il n’y a aucun intermédiaire, puisque c’est le site lui-même qui produit son propre fichier RSS. Le contenu n’en est pas modifié ou réarrangé selon un algorithme mystérieux. C’est la publication brute. Pure, allais-je dire. Sans interférence extérieure, sans commentaire, sans pollution. Dans l’ordre chronologique de publication. Vous allez chercher l’information à la source.

Et il n’y a pas de bavardage inadéquat. Pas d’images de chatons qui se glisseraient dans votre fil (sauf si vous vous êtes abonné à un blog sur les chatons, mais là, je ne peux plus rien pour vous). Pas de polémique stérile ou d’insultes partant dans tous les sens pour polluer votre quiétude. Pas de publicité ciblée. Pas de vol de données personnelles, puisque vous ne faites que recevoir un contenu brut, sans rien envoyer en retour.

Bref, ça n’a plus rien à voir.

Si vous désirez commenter l’article ou la publication, vous pouvez toujours le faire en vous rendant directement sur l’article via votre navigateur d’un clic. Et vous pourrez discuter directement avec l’auteur ou l’autrice sur son propre site, ainsi qu’avec les autres commentateurs.

De la même façon, vous pouvez facilement archiver un article qui vous intéresse tellement que vous voulez pouvoir le retrouver plus tard, ou le partager. Vous pouvez même organiser vos flux et les articles eux-mêmes avec des tags, des étiquettes, de façon à vous y retrouver facilement grâce à un moteur de recherche interne à votre lecteur de flux.

Vous ne manquez rien, vous n’êtes pas distrait par des articles non sollicités (comme les retweets ou les likes de ceux que vous suivez sur les réseaux commerciaux), et vous choisissez vous-mêmes ce qui vous intéresse. Vous reprenez le pouvoir sur ce que vous cherchez sur internet. Vous reprenez le contrôle, y compris du temps que vous passez à cette activité, car votre fil n’est pas infini. Bien loin, donc, le temps où vous pouviez procrastiner en scrollant indéfiniment la liste innombrable des tweets rigolos ou énervants sans aucun véritable intérêt autre que retenir votre attention captive pour gober une publicité de temps à autre.

C’est bien joli, tout ça, mais concrètement, comment ça marche ?

Eh bien tel le Michel Chevalet moyen (si vous connaissez ce nom, vous êtes aussi vieux que moi, félicitations !), je vais de ce pas vous l’expliquer.

Guide pratique de l’abonné RSS

Vous construire une belle liste de flux RSS ne sera pas très compliqué. Pour cela, il va falloir seulement faire un choix : quel agrégateur ou lecteur de flux vous allez utiliser. Le principal critère sera de savoir si ce lecteur sera capable ou non de synchroniser vos flux (les articles lus, non lus, et ceux que vous aurez archivés pour les retrouver plus tard) entre plusieurs de vos appareils.

Ensuite, et bien ensuite, le plus dur commencera : décider à quels flux vous voulez vous abonner…

Choisir un agrégateur de flux

Un agrégateur (ou lecteur) de flux RSS est un logiciel, ou un service, qui vous permet de gérer vos abonnements, de lire les articles de vos flux, et éventuellement de synchroniser votre liste de lecture sur plusieurs appareils.

C’est, en gros, soit un serveur internet distant qui héberge à la fois la liste de vos hébergements, la liste de vos articles archivés, de ceux que vous avez lus, non encore lu, ou mis en favori, voire vous permet de classer vos flux par thèmes, dans des dossiers, ou par étiquettes (tags), soit un logiciel ou une application que vous téléchargez sur vos appareils.

La question principale à laquelle vous devrez répondre pour faire votre choix sera donc : une synchronisation de vos abonnements sur différents appareils, ou non.

Certains logiciels sont même capables de faire les deux.

De mon côté, j’ai adopté Reeder 4, présent sur Mac et sur iBidule, comme lecteur.

Mais mes flux sont gérés par un service de synchronisation, à savoir Inoreader, ce qui me permet de reprendre mes lectures sur Mac où je les ai laissées sur mon iBidule, et inversement. Inoreader est aussi capable de trouver un flux RSS sur une chaîne YouTube, par exemple, ce qui me permet de m’abonner même sans compte Google, puisque j’ai décidé de boycotter Google quand je le pouvais.

Inoreader est hébergé en Europe (en Bulgarie plus précisément), gratuit jusqu’à un certain nombre d’abonnements, mais il intègre de la publicité, que l’on peut supprimer avec un abonnement payant. Cela permet de financer les serveurs qui centralisent vos flux, et ce n’est pas plus cher qu’un abonnement à un journal de presse écrite.

D’autres services et d’autres lecteurs existent, bien sûr. Le plus populaire des services, qui est aussi un lecteur, est Feedly, qui fonctionne un peu sur le même principe, même s’il n’y a pas de publicité directement. Il intègre par contre moins de possibilités. Il lui manque notamment la souplesse de gestion des étiquettes d’Inoreader et la possibilité de créer un flux RSS sortant à partir d’un dossier particulier.

Reeder 4, l’interface

Vous pouvez voir à gauche la liste des catégories d’abonnements, qui ne présente que les catégories contenant des articles non lus (puisque comme vous le voyez sur le volet du milieu, c’est l’icône en forme de point rond qui est sélectionnée, symbolisant les articles non lus) et leur nombre dans chaque catégorie.

Le volet du milieu présente donc la liste des articles non lus dans la catégorie sélectionnée, quel que soit le site d’origine.

Et sur le volet de droite, l’article lui-même, soit dans le format brut du RSS, soit sur le site lui-même en cliquant sur le titre. Vous remarquerez qu’on peut aussi, en se servant des boutons en haut à gauche, envoyer l’article par mail, et le partager de diverses manières.

On peut aussi mettre des articles en favoris en leur attribuant le symbole de l’étoile. Cela vous permet de les archiver pour les retrouver plus tard.

Inoreader, l’interface web

Chez Inoreader, c’est presque pareil, mais c’est moins joli et moins pratique pour y naviguer, à mon avis. Il existe cependant une application iBidule ou Android, mais elle ne m’a pas convaincu non plus.

Je ne me sers de cette interface que pour intégrer de nouveaux abonnements, notamment quand il s’agit de flux RSS un peu exotiques (les flux de YouTube dont je parlais plus haut).

Plus intéressant, Inoreader possède la capacité de classer directement des flux dans des catégories, de créer des dossiers intelligents (c’est-à-dire qui se mettent à jour automatiquement suivant des critères que vous aurez programmés à l’avance), voire de sortir un seul flux RSS à partir de ces dossiers qui regroupent tout un tas de flux que vous avez patiemment collectés.

Le service vous prévient aussi lorsque des flux sont brisés (par un mauvais réglage du site source par exemple) ou n’ont pas eu de nouveau contenu depuis longtemps (ici, un blog n’ayant pas publié depuis 2015… vais-je continuer à le suivre ?)

Trouver l’adresse du flux RSS qui correspond à un site

Mais une fois que vous avez le flacon, il manque le plus important : l’ivresse !

Pour cela, il faut d’abord trouver un site auquel vous avez envie de vous abonner. Mettons, par exemple, le site d’un sympathique écrivain et néanmoins médecin aux penchants ophidiens (ce n’est pas une insulte ni une perversion).

Il vous suffit pour cela de repérer sur le site une icône qui ressemble beaucoup à celle du Wifi, mais souvent de couleur orange, représentant un point diffusant des ondes concentriques sur un quart de cercle environ. Cette icône.

Sur d’écaille & de plume, le site du sympathique écrivain en question, c’est assez facile, c’est tout en bas à droite. Et ça ressemble à ça.

Vous copiez le lien vers lequel pointe l’icône (en faisant un clic droit par exemple). Et vous collez ce lien soit dans l’interface d’Inoreader en haut à gauche, soit dans celle de Reeder 4 en cliquant sur le symbole + situé dans le volet de gauche et en collant l’adresse du lien dans le champ Feed.

Et voilà le travail !

Cependant, c’est parfois plus difficile.

Comme les flux RSS sont une technologie remontant à la préhistoire du web, avant les réseaux commerciaux, ils sont tombés en désuétude et ne sont plus vraiment mis en avant. Il peut donc arriver que vous cherchiez en vain la petite icône orange caractéristique, ou qu’elle soit difficile à trouver.

Vous avez dans ce cas deux solutions.

La première, si le site que vous visitez est motorisé par WordPress, un programme de création de sites qui équipe pas moins de 30 % de l’ensemble de la Toile tant il est populaire car facile à paramétrer. Dans ce cas, vous avez de la chance, car WordPress est conçu dès le départ pour diffuser des flux RSS. Pour trouver le flux principal du site, vous n’avez qu’à accoler /feed à l’adresse internet du site. Par exemple https://decaille-deplume.fr/feed est l’adresse du flux RSS d’écaille & de plume.

Deuxième solution, si le site qui vous intéresse n’est pas motorisé par WordPress. C’est plus compliqué.

Vous pourrez visiter cette page qui donne quelques indications.

Vous pourrez aussi essayer de demander à Inoreader, qui sait faire cela tout seul.

Et parfois, cependant, même lui ne saura pas retrouver de flux RSS car le webmaster du site aura désactivé la production du flux. Le même auteur que précédemment vous donne quelques pistes pour contourner cela, mais ce n’est pas très probant, d’après mes essais. Dans ce cas, pas d’autre choix que d’abandonner (et de vous plaindre au webmaster ?).

Et si vous voulez produire un flux à partir de votre site ?

Tout ce qui précède est valable si vous voulez lire des flux RSS, mais peut aussi être utile à connaître si vous désirez produire votre propre flux, depuis votre propre site. En effet, savoir comment vos articles apparaîtront dans le flux RSS de vos lecteurs est tout de même assez important.

Il y a cependant quelques précisions supplémentaires à apporter pour vous aider à diffuser votre flux personnel.

Si votre site ou blog est sous WordPress

Premier cas de figure, que je connais le mieux parce que c’est celui d’écaille & de plume.

Comme nous l’avons vu, le flux RSS natif est assez simple à trouver. C’est l’adresse de votre site à laquelle vous aurez rajouté/feed.

Cependant, vous pouvez aller plus loin en déterminant combien d’articles vous voulez mettre dans votre flux à tout moment, et si à chaque fois le flux envoie un résumé de l’article ou l’article en entier. Vous pouvez lire cela ici.

On peut encore aller plus loin.

Avec le plugin Yoast SEO, vous pouvez ajouter du contenu avant ou après le texte de votre flux RSS. Par exemple en signant automatiquement, de manière à ce que votre flux ne soit pas capté et usurpé.

D’autres plugins vous permettent aussi de calibrer les images de vos flux.

Si votre site ou blog n’est pas motorisé par WordPress

Alors là, je ne maîtrise vraiment pas. La plupart des plateformes d’hébergement de blog ont une option pour activer ou paramétrer les flux RSS. C’est une option souvent négligée de nos jours, mais j’espère qu’elle va reprendre du poil de la bête !

Quelques considérations sur le flux RSS et la fréquentation d’un site

Certains d’entre vous auront peut-être déduit seuls que de par sa nature même, le flux RSS permet à un internaute de lire votre site ou vos articles de blog sans le visiter réellement. Ce n’est pas faux.

Cela peut poser problème à ceux qui voudraient absolument que leurs visiteurs soient vraiment présents sur le site lui-même, soit parce que leurs articles font appel à des mises en page particulières – par exemple des modules interactifs qui ne sont pas bien rendus en RSS, qui est une technologie un peu fruste… ce peut être le cas de certaines images, de sondages, de vidéos parfois – soit parce qu’ils monétisent leur fréquentation de site.

Dans ce cas-là, vous pouvez paramétrer votre flux pour qu’il ne présente qu’un extrait de l’article, dont vous pouvez régler la longueur. Votre lecteur devra cliquer vers votre site pour lire la suite.

Il peut cependant être intéressant de se poser la question suivante : le plus important pour vous est-il d’être lu par beaucoup de monde, ou d’être lu sur votre site par moins de personnes ? La réponse peut être différente pour chacun et chacune d’entre nous.

Et le microblogging ?

Une autre conséquence de l’utilisation des flux RSS est de revenir en arrière sur une évolution majeure de la Toile depuis l’apparition des réseaux commerciaux : seuls ceux qui possèdent un site ou un blog peuvent produire un flux, donc s’exprimer. Adieu donc ce que l’on appelle le microblogging, terme regroupant les petites phrases souvent lapidaires, ou les courts messages, que l’on peut laisser sur le Livre des Visages ou sur le Piailleur (qui en plus est limité à 240 caractères).

Au risque de choquer nombre de personnes, parce que ce que je vais expliquer est très politiquement incorrect, j’ai envie de dire : tant mieux !

Je n’ai pas toujours pensé cela, c’est vrai, mais le microblogging a de mon point de vue un énorme défaut. Il fait croire que tout le monde a toujours quelque chose d’intéressant à dire, et plus encore, à dire sur lui et de lui. Or, je le dis et l’affirme : c’est faux. Certaines personnes n’ont rien d’intéressant à dire. Et chacune et chacun d’entre nous passe par de longs moments sans avoir quelque chose d’intéressant à dire, moi compris. Il y a certaines pensées que le monde n’a pas besoin de connaître de nous. Certains actes qui peuvent rester privés (tout le monde se contrefiche, vraiment, de ce que je mange et comment le plat est présenté). Et certaines choses, si importantes pour nous, qui, désolé de l’apprendre à notre ego surdimensionné de petits humains insignifiants, n’ont aucune sorte d’intérêt pour quiconque à part nous-mêmes. Notre hubris s’est-il tant dilaté que nous puissions penser que tout dans notre existence soit si intéressant pour s’en glorifier à tout bout de champ dans un porte-voix et le crier sur les toits à toute la planète ?

Sérieusement ?

Je crois sincèrement que nous devrions moins bavarder à tort et à travers. Et plus réfléchir.

Que nous devrions prendre le temps de penser à ce que nous voulons dire, et comment nous voulons le dire.

Ça évitera certainement nombre de polémiques stériles, de prises de bec idiotes alors que les gens sont d’accord mais ne parviennent pas à entendre les mots de l’autre en réagissant épidermiquement et dans l’instant, et une foultitude d’insultes, d’incompréhensions, de drames.

En dehors de certaines personnes qui publient des choses passionnantes (mais j’en ai toujours été frustré parce que la limite des 240 caractères est vraiment un frein à la compréhension) comme @Emma_Hollen ou @lebizarreum1, ou encore @alexe, @qffwffq et quelques autres, Twitter ne me satisfait plus. Car j’y trouve vraiment trop d’impulsivité.

Et je crois vraiment que nous devrions moins écouter cette impulsivité, encouragée par le design même des réseaux commerciaux, avec leurs notifications, leur course aux likes et aux retweets, au nombre de followers et d’amis. Alors que les professionnels du fonctionnement cérébral expliquent que l’impulsivité va à l’encontre de nos intérêts cognitifs.

Tout ce temps économisé à ne plus twitter nos états d’âme du moment de façon compulsive, nous pouvons l’utiliser à nombre d’autres activités beaucoup plus importantes, voire vitales. D’abord, vivre, justement, et c’est déjà beaucoup. Recommencer à regarder la Nature autour de nous, à parler aux autres, à rêver. Ensuite, à construire une véritable réflexion. À en débattre sainement, en écoutant réellement les arguments développés de chacun. En prenant le temps de cela. C’est-à-dire en évitant les formules lapidaires de Twitter et les pseudo-analyses de Facebook. En construisant un véritable raisonnement. Et en le soumettant sur un blog ou un site.

Peut-être qu’alors nous serions capables de collectivement trouver des solutions aux problèmes qui se posent à notre société.

Mais pour cela il faut sortir de l’idée fallacieuse inculquée par les réseaux commerciaux que tout le monde voudrait savoir ce que nous avons mangé à midi et combien c’était bon. Je vais vous le dire sans ambages : je m’en fous complètement. Par contre, je serais très intéressé de savoir en détail comment faire pour réaliser la recette, avec tous les petits trucs que l’on peut transmettre quand on en prend le temps.

Donc, que le fait de publier un article de blog ne soit pas aussi simple et rapide qu’un tweet, c’est pour moi une bonne chose. Et quitte à paraître élitiste, ou politiquement incorrect encore une fois, je pense qu’un minimum d’investissement mental est important avant de s’exprimer.

Je ne jette la pierre à personne en disant cela, j’ai moi-même à lutter contre cette tendance très moderne et très humaine de l’égocentrisme. J’essaie de moins parler, de moins dire, et de plus réfléchir. Et je sais que ce n’est pas facile dans notre société…

And soon, the world!

Vous l’aurez compris, le RSS, c’est bien. Le RSS c’est bon. Mangez-en.

Mais on pourrait aller encore plus loin, comme le suggérait en plaisantant à moitié Lionel Davoust : en ressuscitant les Webrings.

Qu’est-ce qu’un Webring ?

Une autre technologie de la préhistoire des internets, dans les années 1990. Il s’agissait de permettre à des sites partageant le même centre d’intérêt d’être reliés au sein d’une structure circulaire informelle, matérialisée sur chacun par un petit menu de navigation permettant de les visiter successivement. Lorsque vous entriez sur un site, vous pouviez choisir de visiter le site suivant sur l’anneau (le ring), ou le site précédent, ou sauter sur un site aléatoire dans la structure.

Cela améliorait singulièrement la visibilité de chacun des sites, car je vous parle d’un temps où les moteurs de recherche n’étaient que très peu efficaces, avant donc le référencement de Google.

D’ailleurs, j’ai creusé le sujet, et figurez-vous que certains ont mis la technologie à jour de manière à la rendre décentralisée et à nouveau opérationnelle pour qui désirera.

L’idée a beau être ancienne, elle peut faire sens lorsque l’on cherche à bâtir ensemble une communauté à partir de ce que chacun amène, c’est-à-dire son propre espace virtuel. On recrée un réseau.

Je serais bien tenté.

Des volontaires ?

Une bannière de Webring des années 1990

Ce que pourrait être une bannière de Webring des années 2020

Dans la mémoire du Serpent à Plumes

Rechercher
Filtrer par
Titres
Contenu
Type de Contenu
Tout sélectionner
Articles
Pages
Projets
Téléchargements
Filtre par Catégorie
Tout sélectionner
Chimères Animées
Chimères Partagées
Devine qui vient écrire
L'encre & la plume
Le Serpent à Plumes
Le Serpent d'Hippocrate
Les Feux de la Rampe
Les Pixe-Ailes du Phœnix
Musique des Sphères
Vers l'Infini et Au-delà
Filtre par Téléchargement
Tout sélectionner
Code
Écriture
Film
Jeu de Rôle
Filtre par Catégories De Projets
Tout sélectionner
Écrits
Films
Jeu de Rôle
Publié depuis
Publié jusqu'à